Exclusif – Alpha-Dadis : La hache de guerre enterrée ? L’ex putschiste félicite Alpha Condé
Source : Autres : Dernière Mise à jour : 11/12/2015
Lu : 839 fois

Décidément, depuis la confirmation des résultats de l'élection présidentielle du 11 octobre sacrant Alpha Condé victorieux d'un second mandat à la tête de l'Etat guinéen, le monde politique guinéen bouge, s’agite, se métamorphose et essaie tant bien que mal de s’accommoder à la nouvelle donne. A cet égard, Alpha Condé, fraîchement réélu pour un second quinquennat, manifeste plus que jamais sa détermination à réunir tous les Guinéens pour développer le pays. Après Diallo Sadakadi (déjà au bercail), Bah Oury (pourrait rentrer bientôt) et Tibou Kamara (annoncé en Guinée dimanche 13 décembre, sauf changement de dernière minute), Guinéenews a appris que les négociations se poursuivent et sont en très bonne voie entre l'ancien putschiste guinéen, le capitaine Moussa Dadis Camara et le président Alpha Condé. Ce dernier sera officiellement investi le 14 décembre prochain.

 

Selon les informations reçues d’un proche conseiller de Dadis, les négociations sont très avancées pour que les deux hommes politiques guinéens se réconcilient après la période mouvementée préélectorale. Pour ce faire, le président du défunt conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD) a adressé un courrier de félicitations au président Condé pour sa réélection. Dans ce courrier daté du 30 novembre 2015 dont Guineenews© s'est procuré copie, Dadis a écrit : "Par la présente, j’ai l’honneur de venir très respectueusement vous féliciter de votre brillante réélection à la magistrature suprême de notre chère PATRIE, la Guinée."

 

"Votre réélection pour un second mandat de cinq (5) ans témoigne à suffisance l’estime de confiance que le brave peuple de Guinée vient de vous renouveler. C’est une mission, certes lourde de signification, au regard des nombreux défis que vous ambitionnez dans la consolidation des acquis démocratiques d’une part, mais surtout dans la noble couverture des attentes sacrées que nourrit le vaillant peuple de Guinée depuis son accession à sa pleine souveraineté le 2 octobre 1958, d’autre part", note l'ancien homme fort de Conakry. 

 

Au-delà des félicitations, Moussa Dadis Camara, se dit "être disposé à accompagner le président Alpha Condé pour son deuxième mandat en vue de lui apporter son expérience de gestion des affaires d’Etat, sa force de mobilisation et d’adhésion de ses militants et sympathisants à la cause du développement harmonieux et participatif du pays sous la houlette d'Alpha Condé."

 

Aussi, toujours dans la même correspondance, figure en bonne place, l’expression de la volonté de l’ancien chef d’Etat guinéen Moussa Dadis Camara à mettre fin à son long exil au pays des hommes intègres depuis janvier 2010.

 

Concernant ce dernier point, l'ancien putschiste guinéen, rapporte ledit courrier se dit "être prêt à répondre comme un bon citoyen aux instances judiciaires du pays sur tous les dossiers à lui reprocher dont celui brûlant du 28 septembre 2009" qui a fait environ 150 morts et des centaines de blessés, selon le rapport des enquêteurs des Nations Unies. Par ailleurs, selon l’entourage immédiat du capitaine Dadis, ce dernier serait très révolté contre la manipulation politicienne dont il a été victime par des politiciens véreux et sans scrupules, selon ses propres termes.


Faut-il rappeler qu'au lendemain de sa réélection, certes, sous l’effet de la joie d’être réélu par les Guinéens ou peut être sous l’effet de la clairvoyance d'un nouvel homme d’Etat incarnant désormais le pragmatisme et d'une certaine vision novatrice, le chef de l'Etat avait dit qu’il "tendait la main à tous les Guinéens de tous bords politiques et communautaires pour l’accompagner dans la réussite de son second mandat". Et la majorité des Guinéens souhaite une réelle réconciliation de tous ses fils et de toutes ses filles pour une Guinée émergente dans la paix et la concorde nationale. Cependant, au delà de cette volonté de rapprocher les Guinéens, qui se matérialise de plus en plus en actes concrets de la part du chef de l'Etat, des cyniques ou sceptiques du camp du tonitruant Dadis se posent un certain nombre de questions avec acuité : 

 

Est-ce que la réconciliation entre Alpha Condé et Dadis est possible, d’autant plus que la brève ou prématurée alliance entre Dadis et Cellou Dalein à la veille de la dernière présidentielle n’avait pas été appréciée par M. Condé ? Si réconciliation il y a, est-ce que Alpha Condé va laisser enfin l’enfant de Koule et ancien patron de la junte militaire rentrer au bercail ? Si Dadis Camara rentre au pays, va-t-il continuer avec les FPDD (forces patriotiques pour la démocratie et le développement) ou se fondera-t-il dans le RPG- arc-en-ciel ? S’il doit se fondre au sein du RPC-arc-en-ciel, en qualité de quoi ? Enfin, que reste-t-il de l’alliance Dadis – Cellou Dalein ?

 

Parallèlement, avec le raccourci et le chemin de l'ouverture empruntés par le président Alpha Condé, désormais métamorphosé dans sa quête de rapprocher les Guinéens, quel sort réservera-t-il au général Nouhou Thiam, l'ex chef d'état major des forces armées guinéennes et scie qui croupissent en prison sans aucune forme de procès depuis 2011 ? Des détenus politiques tels que Fatou Badiar, le commandant Alpha Ousmane Diallo, alias AOB, des militants de partis d'opposition et tant d'autres, bénéficieront-ils d'une grâce présidentielle ? Le procès des présumés auteurs du massacre du 28 septembre aura-t-il enfin lieu pour situer les responsabilités et punir les auteurs pour ne plus que de tels actes se reproduisent en Guinée ? Quel sort réservera-t-il aux proches du général Sekouba Konaté en l'occurrence le commandant Oumar Keita, alias OK, le capitaine Benjamin Camara, le colonel Leon Camara alors qu'officiellement, on ne leur reproche rien mais ne peuvent non plus rentrer au pays sans la quittance d'Alpha Condé ?

 

Voilà autant de questions subsidiaires que des Guinéens se posent. Au demeurant, les observateurs estiment qu'Alpha Condé est sur la bonne voie, car, il commence à sévir pour restaurer l'autorité de l'Etat, en tout cas, à juger par les derniers décrets lus à la radio et télévision guinéenne. Mais étant donné que l'impunité, le copinage, la corruption, la délation, l'hypocrisie, les réseaux mafieux au tour de la présidence, etc., ont toujours été érigés en système de gouvernance en Guinée, si Alpha Condé nomme des médiocres à des postes hautement stratégiques, d'autant plus que même les vendeurs d'illusions se croient désormais ministrables en Guinée et continuent de s'agiter au tour des lobbyistes , son second serait confronté à de rudes épreuves.





Notez cet article :
1
2
3
4
5

 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>