Investiture en grande pompe d’Alpha Condé : une cérémonie qui fait polémique !
Source :  : Dernière Mise à jour : 15/12/2015
Lu : 521 fois
Le président Alpha Condé a prêté serment ce lundi, devant la Cour constitutionnelle. Devant des invités triés sur le volet, dont une dizaine de chefs d’Etat venus principalement de la sous-région. Une seconde étape de cette prestation est prévue le 21 décembre prochain, qui portera, elle, sur son installation. De quoi nourrir la polémique au sein de l’opinion.

Mohamed Camara, juriste et enseignant chercheur dit ne pas comprendre le pourquoi de cette célébration en deux phases de cette investiture du président de la République. Dans un entretien accordé récemment à votre semainier, l’universitaire avait émis des réserves sur cette décision de la Cour constitutionnelle.

« C’est quand même très inédit que l’on permette de prêter un serment sous l’empire d’un autre serment, qui n’est pas encore achevé, parce que le serment court à compter de sa prestation, et ce pour cinq ans. Donc le président actuel est sous serment jusqu’au 21 décembre. Et quand on lui fait prêter serment, le 14 décembre, est-ce que ça veut dire que le serment prêté le 14 décembre doit s’arrêter à partir du 14 décembre 2020 ? », s’est demandé Mohamed Camara. Qui a ensuite poursuivi cette interrogation en disant qu’entre « le 14 décembre 2020 et le 21 décembre 2020, le président de la République ne serait-il pas sous serment ? Est-ce que ce serment qui va être prêté le 14, s’il tenait à être prêté le 14, rend caduque l’ancien serment. Ce qui n’est pas le cas. »

Le juriste tranche clairement en disant : « Je pense qu’à ce niveau il y a une violation de la constitution parce que l’article 34, aliéna 1 de la constitution indique que le président de la République prend fonction le jour de l’expiration du mandat de son prédécesseur. Et l’article 35 de la constitution indique que le président de la République, après avoir prêté serment devant la Cour constitutionnelle, entre en fonction. Alors pourquoi les gens peuvent trouver une sorte d’argutie juridique à développer en terme d’argumentaire au niveau de la préposition invariable, après on ne comprend pas parce qu’on ne peut pas détacher le serment d’une désinstallation », a-t-il souligné.

Tout comme Mohamed Camara, la question alimente les causeries des citoyens lambda, dans la cité. Les gens déplorent que cela ne soit une source de dilapidation des deniers publics.

Le gouvernement guinéen a annoncé ce jeudi que le 14 décembre 2014 sera férié, chômé et payé, à cause du caractère « exceptionnellement solennel » de cette journée d’investiture du président Alpha Condé.

Ce communiqué laconique ne donne cependant aucun détail sur le programme des festivités relatives à cette investiture qui va se dérouler au Palais Mohamed V de Conakry.

Selon une source diplomatique, une dizaine de chefs d’Etat sont attendus à Conakry pour cette cérémonie de prestation de serment du président Condé. Parmi lesquels ceux de la sous-région ouest africaine.

Le gouvernement guinéen compte mettre un accent particulier sur la sécurité, lors de cette investiture. Ainsi, d’après nos informations, le 14 décembre seuls les transports en commun seront autorisés dans le périmètre de la commune de Kaloum, abritant le site de l’événement.

 A noter qu’entre cette prestation de serment qui aura lieu le 14 décembre et son installation, il y aura un décalage d’une semaine, selon la Cour constitutionnelle.

Alpha Condé va ainsi débuter son second mandat à la faveur de cette investiture, après avoir réussi à emporter le vote de la présidentielle du 11 octobre avec un score de 57,84%.


Alpha donne les raisons de la cérémonie en deux temps

Par rapport à la polémique suscitée par son investiture en deux temps, le président a justifié ce fait lors de l’assemblée générale de son parti qui s’est tenue le samedi, au siège de son parti au pouvoir, à Gbessia

« Nous avons divisé l’investiture en deux cérémonies prévues dans les conditions normales le 21 décembre car, mon mandat finit le 21 décembre. C’est à la demande de plusieurs chefs d’Etat. Première raison, le 21 décembre étant trop proche de la fête de Noël alors que beaucoup de chefs d’Etat doivent y prendre part, on a demandé à la Cour constitutionnelle, si on pouvait rapprocher la date de d’investiture, et ensuite le 21 décembre la prise de fonction », a expliqué le président.

Il a aussi regretté que l’on ne soit pas en mesure d’héberger tout ce monde devant participer à la fête, faute de réceptifs hôteliers dignes de nom. « Evidemment, beaucoup de chefs d’Etat veulent venir mais, malheureusement, nous savons que l’hôtel Kaloum est fini, mais pas meublé. Et pourtant, les chefs d’Etat viennent avec leur délégation qui peuvent aller jusqu’à quarante personnes », a-t-il indiqué.

Alpha Condé a aussi tenu à remonter le moral de ses militants, à cause de la restriction de l’accès au Palais Mohamed V, pour cette prestation de serment du 14 décembre. « Je suis venu vous voir et vous dire que tout le monde ne peut pas assister à cette cérémonie. Celle prévue le 21 décembre, tout le monde peut y assister… Nous allons voir ensemble comment organiser la cérémonie du 21 décembre, tous les moyens seront mis à votre disposition », a-t-il promis.

On le voit, pour cette prestation de serment, le président Alpha Condé a vu les choses en grand, et a mis les petits plats dans les grands. C’est aussi là l’illustration d’une gouvernance qui ne veut faire preuve d’aucune sobriété, malgré les promesses du chef de l’Etat de rompre avec les mauvaises habitudes.





Notez cet article :
1
2
3
4
5

 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>