Une honteuse et douloureuse tradition qui se perpétue bon gré mal gré !
Source : Autres : Dernière Mise à jour : 15/12/2015
Lu : 655 fois

La Guinée est le seul pays au monde où l'Etat prend une décision le soir et l'applique le lendemain, avant même la levée du jour.

Toute décision qui nuit aux Peuls à travers le pays est très vite prise et rapidement appliquée. Tout gouverneur nouvellement venu, tout chef de Police ou de la Gendarmerie nouvellement en poste, le premier acte qu'il pose c'est de faire pleurer les femmes et les enfants peuls. D'ailleurs c'est une règle et une stratégie bien connue. Pour avoir un poste ou de la promotion dans ce pays où l'injustice est un mode de gouvernance depuis plus de 60 ans, il faut s'attaquer aux Peuls, à leurs biens, leurs vies et à leurs intérêts.

C'est cette honteuse et douloureuse tradition qui est en train d'être perpétué et perpétré par le tout nouveau chef de la police guinéenne Mr Bangaly Kourouma.

Au lendemain de sa nomination, il a commencé à faire pleurer des familles peules vulnérables et sans défense en détruisant leur lieu de gagne-pain et leur lieu d'habitation au nom d'un assainissement ciblé. Le calvaire continue. Le cynisme a atteint le paroxysme lorsqu'il a sauté la casse de Madina ( lieu habité par la bonne communauté) pour aller casser chez les autres ( ceux qui appartiennent à la mauvaise communauté).

L'autre mauvaise et honteuse tradition en Guinée, est celle qui consiste à fermer sa gueule devant cette honteuse situation.

Journalistes, députés, acteurs de droit de l'homme, personnalités politiques et société civile, chacun veuille à ce que sa bouche et ses yeux soient hermétiquement fermés Quelle honte !!





Notez cet article :
1
2
3
4
5

Note : 5/5
 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>