Viabilisation de 16 mille hectares : Qui se cache derrière Mbits Africa Gateway ?
Source :  : Dernière Mise à jour : 17/12/2015
Lu : 1421 fois

Le ministère en charge de la Ville et de l’aménagement du territoire est chargé de piloter le projet de viabilisation de 16 mille hectares, pour bâtir des logements sociaux. Ce projet va s’étendre de la préfecture de Coyah jusqu’à  une partie de la commune de Matoto, le long  du  littoral à Yimbaya.

 
Pour le ministre Louceny Camara, ce sont 16 000 hectares qui sont concernés par ledit projet.  « Ils sont disséminés le long de la côte sud et qui comprennent des mangroves, rizières, les terres plates des zones humides », dit-il. Ce qui voudrait dire que sur l’ensemble des 16 000 hectares, environ 06 à 07 hectares seront concernés par la construction.

Pour éviter que ledit projet ne souffre d’une quelconque entorse, le ministre de la Ville et de l’aménagement du territoire, Louceny Camara multiplie des rencontres d’échange avec les responsables préfectoraux, les élus locaux, mais aussi et surtout les coutumiers. Afin de discuter de toutes les questions liées notamment à l’indemnisation et des conditions de réinstallation des futurs déguerpis.


Ainsi, le ministre Louceny Camara a souligné que sur ces 06 à 07 hectares qui doivent être construits. Il ya des populations qui sont installées soit en groupement de villages, soit en agriculteurs. « Ce qui ne nous permet pas d’évoluer seuls, sans les associer au projet », a-t-il  souligné. Il a ensuite  précisé que quiconque  sera dépossédé pour cause d’utilité public, qu’il ya des voies et moyens d’une procédure bien établie par la loi qui a été consacrée par rapport aux problèmes domaniaux et fonciers. « Ce qui nous permet aujourd’hui de les rassurer. Au cas où, une seule personne sera dépossédée, elle sera indemnisée », a d’office précisé le ministre de la Ville et de l’aménagement du territoire, Louceny Camara.

Ce que le ministre ne dit pas, ce sont les conditions de passation du marché à la société sud-africaine qui a été désignée pour bâtir ce terrain. Car si au départ  Mbits Africa Gateway dont il s’agit avait été cooptée  pour le compte du ministère délégué des Guinéens de l’Etranger, pour la construction de 1000 logements destinés à la diaspora, voilà qu’elle se voit attribué tout un projet titanesque, dans des conditions qui semblent opaques.

Le contrat qui avait été signé, comme nous le disions portait au départ sur la construction de 1000 logements. Dans la foulée, un site de 90 ha avait été trouvé  à Bodopo, dans la préfecture de Dubréka pour abriter ces infrastructures. A cette occasion,  le DG de l’entreprise contractante, Willem Petrus, avait promis que « toutes les infrastructures allaient être  bâties avec toutes les architectures modernes aux normes internationales avec un style sud-africain. »

Mais au final, on voit que Mbits Africa Gateway a désormais la charge de gérer un vaste domaine de 16 mille ha, allant de Coyah à Matoto, dans des conditions qu’on dirait « opaques ». C’est aussi ça l’une des marques de fabrique de la gouvernance actuelle. Passer des contrats léonins qui ne profitent qu’à un groupe restreint, tout en feignant servir le peuple. A suivre.

Richard TAMONE in Le Démoctrate, partenaire de Guinee7.com





Notez cet article :
1
2
3
4
5

 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>