Crise politique en Guinée : l'opposition menace d'occuper les rues.
Source : Autres : Dernière Mise à jour : 28/01/2013
Lu : 328 fois

La crise politique en Guinée perdure et se corse encore. Après des mois de trêve, l'opposition guinéenne menace d'occuper les rues très prochainement pour réitérer ses exigences. C'est en tout cas l'annonce faite par le principal opposant guinéen, Cellou Dalein Diallo, a-t-on appris.

S'exprimant devant ses militants samedi, Cellou Dalein Diallo a dénoncé les agissements du gouvernement et du Président de la CENI, Bakary Fofana, qui continue à gérer de manière solitaire le processus électoral en cours avec l'annonce du chronogramme des futures élections législatives et maintenant la publication des listes sans aucune concertation avec les autres commissaires de la CENI.

C’est pourquoi face à tous ces manquements, l’ADP et le Collectif ont décidé de lancer les manifestations pacifiques à partir de mardi prochain à travers un point de presse.
Il sera question de demander le départ de Waymark, le bon fonctionnement de la CENI et naturellement le vote des guinéens de l’étranger aux prochaines législatives.

A en croire le principal opposant guinéen, il faut débourser juste un million de dollars pour assurer ce vote alors qu’il faut 60 Millions pour tout le processus des législatives.

Poursuivant, Cellou Dalein Diallo a fait allusion à la signature vendredi à son siège d’un accord avec le Club des Républicains (CDR) de Kassory Fofana, Boubacar Barry et autres, qui ont officiellement rejoint l’opposition guinéenne, a-t-il dit.

Le Président de l’UFDG en profitera également pour saluer ce renforcement tout en soulignant que le président Alpha Condé disait que dans six mois il allait en finir avec l’opposition. Mais aujourd’hui, c’est le RPG-Arc-En-Ciel qui est fini avec ces départs.
Dans la foulée, Cellou Dalein fera parlera des noms des leaders qui sont cités tous les jours dans le procès de l'attaque de la résidence présidentielle et les audits brandis pour se débarrasser des leaders gênants. Aujourd’hui, Mr Alpha CONDE est tout seul, a-t-il dit.

Pour clore, le leader de l'UFDG a évoqué la convocation des responsables locaux de son parti à la Police de Pita pour les récents affrontements survenus à Gongorè.

Il trouvera incroyable cette idée de convoquer des personnes qui ont été victimes d’agressions, alors que les coupables se promènent dans la nature. Mais il préviendra que si ces personnes ne sont pas libérées dans les prochains jours, il promet des manifestations imminentes à Pita et à Conakry pour exiger leur libération.

Pour information, Bano Sow, l'administrateur du site de l'UFDG, a annoncé à ses partisans que l’Organisation Guinéenne des Droits de l’Homme (OGDH) et la Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH) sont dans leurs murs pour collecter des informations sur les exactions du 28 Septembre et que toute personne en détention de documents, information et autres témoignages avec des preuves concrètes est invité à se préparer pour rencontrer ces émissaires, a-t-il dit.

 

Abdoulaye Bah

© Copyright Google News





Notez cet article :
1
2
3
4
5

 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>