Envoi des soldats guinéens au Nord- Mali : Jean Marie Doré se montre très hostile
Source : Guinee News : Dernière Mise à jour : 29/01/2013
Lu : 482 fois

"Pour sauver le voisin, il faut savoir si votre maison est très bien gardée". C'est la réplique du leader de l'Union pour le progrès de la Guinée (UPG), Jean Marie Doré, qui se montre hostile face à l'envoi des soldats guinéens pour renforcer la force de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA) au front contre les forces islamistes au Nord- Mali. L'ancien Premier ministre l'a dit à votre quotidien Guinéenews au cours d'un entretien téléphonique.

"Cette question m'avait été posée à propos de la Somalie. Je m'étais opposé catégoriquement à l'envoi de nos soldats dans une zone qu'ils ne connaissent pas. Vous savez aussi, et ce n'est pas un secret, l'armée guinéenne n'est pas habituée à faire des manœuvres d'adaptation dans différents schémas d'attaque ou défense. Les envoyer dans une zone désertique où les habitants en révolte contre le gouvernement légal ou ce qui en tient lieu vont triomphant, mais qu'est-ce qu'ils vont chercher là-bas. Donc, je ne crois pas à la nécessité d'envoyer des soldats pour le simple plaisir d'envoyer. Je ne suis pas d'accord. Je souhaiterais que si on doit envoyer des soldats guinéens au Mali, que ce soit des forces d'appui, des médecins par exemple, mais pas des combattants parce que le taux de mortalité serait terrible s'ils devaient affrontement directement, face-à-face avec des islamistes aguerris, dont on parle tant mais que je n'ai pas vu. Les soldats guinéens se sont battus en Guinée Bissau, au Mozambique et en Angola, il est vrai, mais ils étaient habitués à l'entrainement. Aujourd'hui, je ne crois pas que ce soit une bonne chose d'envoyer des soldats. Oui, c'est un pays voisin mais on peut autrement aider le Mali sans envoyer des soldats. On peut envoyer des matériels, des médecins mais pas des troupes combattantes. Ce n'est pas une affaire de sentiments. Pour sauver votre voisin, il faut savoir si votre maison est très bien gardée".

 

Abdoulaye Bah





Notez cet article :
1
2
3
4
5

 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>