Blocage politique en Guinée : des leaders de l’opposition donnent les raisons
Source : Le Jour : Dernière Mise à jour : 31/01/2013
Lu : 311 fois

Décidément, la Guinée est loin de sortir de l’ornière. L’opposition et le pouvoir ne s’entendent toujours pas sur les méthodes à adopter pour organiser de façon transparente les élections législatives prévues le 12 mai prochain en Guinée.

En conférence de presse tenue hier à Conakry, l’alliance pour la démocratie et le progrès (adp), le Collectif et le Club des républicains (CDR) ont dénoncé les méthodes « unilatérales » orchestrées par l’actuel pouvoir pour remporter les législatives. Et ce, en complicité avec le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Bakary Fofana.

Le président de l’Union des forces républicaines (UFR) pense quant à lui que le pouvoir organise « une mascarade électorale ». « C’est une fraude électorale qu’on est en train d’organiser… 500 000 électeurs sont actuellement dans le fichier de waymark mais simplement dans une partie de la Guinée qui va être rajoutée au fichier de la Sagem…Voilà pourquoi nous allons reprendre les manifestations parce que le cadre de dialogue est inexistant » a-t-il déclaré.

Sidya Touré a ensuite détaillé le nombre d’enregistrés par région : région de N’Zérékoré 89.692 (Macenta exclu), région de Faranah 98.436, région de Kankan 283.602, région de Mamou 18.000, région de Labé 11.700, région de Kindia 34.086, région de Boké 10.000 et région de Conakry 2.500. Parlant du pré-affichage qui se déroule en catimini, le président de l’UFR parle de « fuite en avant ».

De son côté, le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) s’est réjoui de la « solitude » d’Alpha Condé et du rpg-arc-en-ciel après la signature du protocole d’entente le week-end dernier entre l’adp, le collectif et le cdr (Club des républicains).

Cellou Dalein a estimé que cela affaiblit la mouvance présidentielle avec le départ de certains anciens alliés notamment Kassory Fofana de GPT (Guinée Pour Tous) et Jean-Marc Telliano du RDIG (le rassemblement développement intégré de la Guinée).

Par ailleurs, le leader de Guinée Pour Tous (GPT) qui a rejoint récemment l’opposition, a déploré la volonté du gouvernement guinéen « d’organiser une mascarade électorale » en cette fin du 21e siècle. Ce qui serait pour Kassory Fofana « une honte nationale ». Il a invité tous les Guinéens « quelle que soit [leur] obédience » à « se lever comme un seul homme pour défendre le droit. Le vote des Guinéens de l'étranger, bon Dieu, est un droit constitutionnel ».

L’ancien ministre de l’Economie reconverti en politique a confirmé « la fuite en avant » en ce qui concerne le pré-affichage du fichier électoral. « Je donne un exemple relatif à l'implantation des démembrements. Retenez que pour mon parti, Guinée Pour Tous (GPT), je n'ai pas de représentants, ni à Conakry, ni en Basse Guinée. On m'a servi des délégués en Guinée Forestière. C'est vrai que j'ai des militants là-bas mais Conakry et la Basse Guinée, c'est dans mon fief » a-t-il déploré.

Selon lui, la position de la classe politique est d'interrompre toute participation au processus électoral avant toute ouverture de dialogue politique franc pour remettre les pendules à l'heure.

Le dialogue politique interrompu entre pouvoir et opposition il y a une année, le consensus sur l’organisation des législatives est loin de voir jour.

Fanta Bah





Notez cet article :
1
2
3
4
5

 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>